Les éditions précédentes

Toutes les éditions : 1993 - 1995 - 1997 - 1999 - 2001 - 2003 - 2005 - 2007 - 2009 - 2011 - 2013 - 2015

2015 : Une édition corsée

La douzième Transat Jacques Vabre restera gravée dans la mémoire des quarante-deux duos qui se sont élancés du Havre le dimanche 25 octobre pour rejoindre le port brésilien, Itajaí. Avec 450 000 visiteurs sur le village au Havre, cette édition 2015 a non seulement été un événement festif et populaire mais a aussi offert quatre belles bagarres sur l’eau, malgré les dix-sept abandons et des conditions météorologiques qui ont été dures voir brutales pour la majorité de la flotte.

Toute la semaine au Havre, la météo a été clémente, les concerts, les animations n’ont pas désempli pas. Le public a été au rendez-vous. Et le bassin Paul Vatine a revêtu les couleurs qui lui siéent : celles des bateaux de course au large. A la veille du départ, tout le monde n’a pas été chaud pour franchir la ligne de la douzième édition de la Transat Jacques Vabre, car si les prévisions ont été excellentes pour les deux premiers jours de course, une grosse dépression au large de l’Irlande a inquiété certains équipages. En fait, nombre de bateaux ont été mis à l’eau récemment, voir quelques semaines seulement avant le départ avec parfois des technologies nouvelles.

C’était le cas des cinq nouveaux monocoques IMOCA 60 dotés de foils tels Edmond de Rothschild, Safran, St Michel-Virbac, Hugo Boss, Banque Populaire VIII, mais aussi du trimaran Ultime MACIF et des deux nouveaux Class40, VandB et Eärendil. D’autres encore ont été pris en main par de nouveaux équipages qui n’ont pas eu le temps et/ou le budget pour optimiser leur machine tels l’Ultime Actual, les monocoques 60 pieds Bastide-Otio, Adopteunskipper.net, Le bateau des métiers by Aérocampus, ou le Multi50 Ciela Village

Retour en arrière…

Un duel ultime

C’est sous un soleil resplendissant et une toute petite brise que le départ, de cette transat mythique, a été donné devant Le Havre, tellement petite que les quarante-deux duos ont eu bien du mal à franchir la ligne… Une heure plus tard, le vent se réveille et toute la flotte passe devant Étretat avant de descendre la Manche dans un flux qui se renforce à une vingtaine de nœuds de sud-est. Le rythme est donné dès le soleil couchant avec des moyennes remarquables, au point que les quatre trimarans Ultime débordent Ouessant au milieu de la nuit, et les quatre Multi50 avant même le lever du jour ! Et pendant ce temps, les monocoques IMOCA 60 suivis par les Class40 se scindent en deux groupes, les leaders d’alors font cap sur la pointe espagnole, les autres vers l’Irlande…

En 36 heures, Sodebo Ultim’ et MACIF sont au large du cap Finisterre où Prince de Bretagne chavire dans une rafale tandis que Actual doit abandonner trois jours plus tard, tige de vérin de hauban cassée. Pour les Ultime, la course se transforme alors en duel dans un alizé mou qui oblige les deux duos à longer les côtes marocaines ; et au large du Cap Vert, François Gabart et Pascal Bidégorry arrivent à prendre l’avantage sur Thomas Coville et Jean-Luc Nélias, pour le passage du Pot au Noir. L’écart d’une centaine de milles créé lors de la traversée de la Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) reste quasiment le même à l’arrivée à Itajaí…

Avaries et escales

Quant aux Multi50, ils restent groupés en route vers le cap Finisterre mais le trimaran de Gilles Lamiré et Yvan Bourgnon percute un container entre deux eaux : le tandem réussi à ramener à petite vitesse La French Tech-Rennes Saint Malo en Bretagne avec un tiers de flotteur en moins ! Pour Thierry Bouchard et Oliver Krauss qui mène le train à bord de Ciela Village, une avarie de gennaker les oblige à faire escale au Cap Vert, puis c’est Arkema qui doit renforcer son fond de coque délaminé à Salvador de Bahia tandis que FenêtréA Prysmian voit sa grand-voile se déchirer… Erwan Le Roux et Giancarlo Pedote arrivent tout de même devant la flotte IMOCA, le skipper signe sa troisième victoire, avec le même bateau, sur la Transat Jacques Vabre !

Pour les Class40, les conditions météorologiques sont aussi très dures jusqu’à Madère : trois dépressions avec parfois plus de 45 nœuds et surtout une mer forte et chaotique. Mais seuls trois duos jettent l’éponge : Bretagne-Crédit Mutuel Élite suite à des problèmes de pilote, Team Concise à cause du délaminage de la coque, Eärendil moteur en panne. Mais si plusieurs autres équipages font escale (Club 103, Creno Moustache Solidaire, SNBSM Espoir Compétition, Solidaires En Peloton-ARSEP), tous finissent à Itajaí en un peu plus de trois semaines pour les leaders, plus d’un mois pour les derniers…

…Et la victoire fut indécise jusqu’à la ligne d’arrivée : Le Conservateur a fait le break au large des Canaries et possède 300 milles d’avance à l’entrée du Pot au Noir, mais la ZCIT le bloque pendant trois jours et VandB revient comme une fusée tout comme Carac-Advanced Energies ! Il faut toute la hargne de Yannick Bestaven et Pierre Brasseur pour conserver à peine deux heures de marge face à Maxime Sorel et Samuel Manuard tandis que le « vieux » Class40 de Louis Duc et Christophe Lebas s’adjuge une très belle troisième place.

Trois dépressions à suivre

Concernant la plus grosse flotte au départ du Havre, elle s’est fait secouer dans les trois dépressions qui s’enchaînent jusqu’aux Açores. Car la plupart des monocoques IMOCA 60’ ont choisi d’aller chercher plein ouest une grosse perturbation au large de l’Irlande. Les foils apparaissent particulièrement efficaces mais des problèmes structurels en éliminent plusieurs (Safran, Edmond de Rothschild, Hugo Boss, St Michel-Virbac). Et moult avaries incitent plusieurs équipages à l’abandon (Maître CoQ, Bastide-Otio, Le Bateau des métiers by Aérocampus, Spirit of Hungary, Adopteunskipper.net, O Canada, SMA).

Paul Meilhat et Michel Desjoyeaux font route vers les Antilles suite à un bord de fuite de quille décollé, ne reste plus que le foiler Banque Populaire VIII, PRB et Quéguiner-Leucémie Espoir pour se battre pour le podium, les autres rescapés étant relégués à plus de 400 milles au passage du Cap Vert. Armel Le Cléac’h et Erwan Tabarly prennent le commandement dans les alizés canariens grâce à leurs foils, mais le Pot au Noir redistribue les cartes en repoussant les trois duos très à l’ouest. Vincent Riou et Sébastien Col sortent les premiers du piège et contiennent jusqu’à l’arrivée le retour de Banque Populaire VIII, en particulier lors du passage du Cabo Frio. PRB remporte ainsi sa deuxième victoire d’affilée quand Yann Eliès et Charlie Dalin s’adjugent une belle troisième place.

Cette douzième Transat Jacques Vabre alerte donc nombre de skippers IMOCA sur la préparation et la connaissance de leur machine à un an du départ du Vendée Globe. Les foils qui ont révolutionné l’approche architectural ont démontré leur potentiel mais nécessitent encore de la mise au point et le renforcement des structures très sollicitées, et donc des chantiers hivernaux. Mais d’autres skippers se sont confortés sur les performances et la fiabilité de leur monocoque pour se consacrer pleinement à la navigation dès le retour de leur bateau. Et cette Transat Jacques Vabre a été saluée par tous comme une épreuve majeure du calendrier de la course au large…

Classement Général

Classement Skippers Bateau Arrivée Distance parcourue Vitesse moyenne
CLASS40          
1 Yannick Bestaven - Pierre Brasseur Le Conservateur 18/11/2015 5 962.60 9.24
21:40:09
2 Maxime Sorel - Sam Manuard V and B 18/11/2015 5 970.00 9.21
23:34:31
3 Louis Duc - Christophe Lebas Carac Advanced Energies 20/11/2015 5 966,90 8.69
10:59:52
4 Thibaut Vauchel-Camus - Victorien Erussard Solidaires En Peloton ARSEP 20/11/2015
23:04:00
6 008.70 8.52
5 Bertrand Delesne - Nils Palmieri Teamwork 40 21/11/2015 6 091.10 8.35
11:55:45
6 Eduardo Penido - Renato Araújo Zetra 23/11/2015 6 152.50 7.91
00:07:30
7 Manuel Cousin - Gérald Quéouron Groupe Setin 23/11/2015 5 976.00 7.82
07:38:10
8 Valentin Lemarchand - Arthur Hubert SNBSM Espoir Compétition 23/11/2015 6 080.30 7.81
08:44:05
9 Phillippa Hutton-Squire - Pip Hare Concise 2 23/11/2015 5 931.00 7.81
09:18:20
10 Alan Roura - Juliette Pêtrès Club 103 27/11/2015 6 153.60 6.83
12:08:35
11 Thibault Hector - Morgan Launay Creno Moustache Solidaire 27/11/2015 6 844.90 6.78
17:43:20
ABD Nicolas Troussel - Corentin Horeau Bretagne - Crédit Mutuel Élite      
ABD Catherine Pourre - Antoine Carpentier Eärendil      
ABD Jack Bouttell - Gildas Mahé Team Concise      
Multi50          
1 Erwan Le Roux - Giancarlo Pedote FenêtréA Prysmian 11/11/2015 6 121.90 13.28
11:59:13
2 Thierry Bouchard - Oliver Krauss Ciela Village 12/11/2015 6 400.60 12.68
07:14:51
3 Lalou Roucayrol - César Dohy Arkema 15/11/2015 6 336.50 10.74
12:17:55
ABD Gilles Lamiré - Yvan Bourgnon La French Tech Rennes Saint-Malo      
IMOCA          
1 Vincent Riou - Sébastien Col PRB 11/11/2015 6 034.10 13.22
13:52:24
2 Armel Le Cléac'h - Erwan Tabarly Banque Populaire VIII 11/11/2015 6 118.70 12.97
21:59:09
3 Yann Elies - Charlie Dalin Queguiner - Leucemie Espoir 11/11/2015 6 055.80 12.92
23:31:23
4 Thomas Ruyant - Adrien Hardy Le Souffle du Nord 12/11/2015 6 022.80 12.46
14:57:45
5 Tanguy de Lamotte - Samantha Davies Initiatives-Coeur 12/11/2015 6 124.00 12.30
0,86173611
6 Bertrand de Broc - Marc Guillemot MACSF 13/11/2015 6 005.10 11.89
11:40:05
7 Eric Bellion - Sam Goodchild Comme Un Seul Homme - Stand As One 13/11/2015 6 116.10 11.78
15:45:34
8 Fabrice Amedeo - Eric Peron Newrest / Matmut 13/11/2015 6 037.40 11.71
18:37:56
9 Louis Burton - Romain Attanasio Bureau Vallée 13/11/2015 6 017.40 11.71
18:41:33
ABD Kito de Pavant - Yann Régniau Bastide - Otio      
ABD Arnaud Boissières - Stan Maslard Le Bateau Des Metiers By Aerocampus      
ABD Alex Thomson - Guillermo Altadill Hugo Boss      
ABD Jérémie Beyou - Philippe Legros Maître CoQ      
ABD Nándor Fa - Péter Perényi Spirit Of Hungary      
ABD Eric Holden - Morgen Watson O Canada      
ABD Nicolas Boidevézi - Ryan Breymaier ADOPTEUNSKIPPER.NET      
ABD Jean-Pierre Dick - Fabien Delahaye StMichel - Virbac      
ABD Paul Meilhat - Michel Desjoyeaux SMA      
ABD Morgan Lagravière - Nicolas Lunven Safran      
ABD Sébastien Josse - Charles Caudrelier Edmond De Rothschild      
Ultime          
1 François Gabart - Pascal Bidégorry MACIF 07/11/2015 6 339.80 17.68
06:59:27
2 Thomas Coville - Jean-Luc Nélias Sodebo Ultim' 07/11/2015 6 415.20 17.26
14:17:34
ABD Lionel Lemonchois - Roland Jourdain Prince De Bretagne      
ABD Yves le Blévec - Jean-Baptiste Le Vaillant Actual      

2013 : Quatre à quatre !

Quarante-quatre équipages en double étaient amarrés dans le bassin Paul Vatine du Havre pour la onzième édition de la Transat Jacques Vabre. Et d’entrée de jeu, les conditions météorologiques ont quelque peu bousculé le programme mais le vent fut ensuite si coopératif que les temps mis pour effectuer les 5 450 milles entre le port normand et la ville brésilienne de Itajai ont été super courts… Les quatre classes ont avalé les milles quatre à quatre !

Les coups de vent succèdent aux tempêtes en ce milieu d’automne : la Manche et surtout le golfe de Gascogne sont balayés par un train de dépressions qui lèvent une mer très chaotique et génèrent des vents principalement orientés au Sud-Ouest et à l’Ouest. Le 3 novembre, une nouvelle perturbation est attendue au large du Havre et les conditions se dégradent encore les jours suivants en mer d’Iroise : la Direction de Course en accord avec l’ensemble des partenaires et des classes décide le report du départ. Le coup de canon libérateur sera donc finalement donné le jeudi 7 novembre à 13h00 et l’ensemble des participants s’élance dans une brise modérée de secteur Ouest avec une mer encore agitée. Et comme une dépression doit passer au milieu du golfe de Gascogne samedi, les 26 Class40’ sont arrêtés à Roscoff pour une escale météorologique.

Du rythme et du travers:

La sortie de la Manche reste très maniable pour l’ensemble des concurrents, et en à peine 24h, les deux MOD70 sont déjà bien engagés dans le golfe de Gascogne : vent de travers avec une brise de 25 nœuds d’Ouest, les deux trimarans monotypes alignent plus de 20 nœuds de moyenne et passent le cap Finisterre dans une brise devenue plus maniable quand les Multi-50 et les monocoques Imoca sont au cœur de la tourmente. L’état de la mer est tel que le trimaranMaître Jacques voit la partie avant de son flotteur tribord au vent arraché : il fait route à petite vitesse vers La Corogne. Certains font le gros dos quand d’autres filent déjà derrière le front à l’image de MACIF (Gabart-Desjoyeaux) qui prend la poudre d’escampette à la pointe espagnole : le monocoque casse quelques centaines de milles plus tard son safran et fait escale à Peniche (Portugal) pour en changer.

Les alizés sont plutôt puissants au large du Portugal et surtout très irréguliers avec pas mal de nuages : le 10 novembre dans la nuit, Arkema-Région Aquitaine se fait surprendre par une rafale et chavire au large de Lisbonne ! Pendant ce temps, les Class40’ sont au milieu du golfe de Gascogne avec une vingtaine de nœuds d’Ouest : GDF SUEZ a déjà fait le break au point qu’il va pouvoir faire une escale express à Muxia pour changer ses aériens électroniques tout en gardant le leadership sur Mare… Le rythme est donc extrêmement soutenu grâce à cet anticyclone des Açores qui s’étend sur tout l’Atlantique jusqu’au Sud du Cap-Vert. D’ailleurs les deux MOD70 sont déjà par le travers de l’archipel dans un alizé toujours soutenu en approche d’un Pot au Noir assez haut en latitude mais finalement peu étendu et relativement peu actif. 

Premières arrivées brésiliennes

Cela déboule tellement en tête de la flotte que les deux trimarans monotypes franchissent l’équateur en un peu plus d’une semaine, dans les temps des records du Trophée Jules Verne des années 2000 ! Josse-Caudrelier d’une part et Gavignet-Foxall d’autre part mènent à un rythme d’enfer ces machines et la descente le long du Brésil est toujours aussi véloce : il n’y a que le cap Frio avec son front orageux qui pose un problème stratégique aux navigateurs car pour le reste, tout se passe sur le pont où la concentration extrême est de mise pour ne pas chavirer. Onze jours et cinq heures seulement seront nécessaires à Edmond de Rothschild pour s’imposer à Itajai à plus de 22 nœuds de moyenne ! Et avec seulement cinq heures d’avance surOman Sail-Musandam qui n’a jamais été très éloigné du leader : cent milles au maximum…

Derrière, le duel fait rage entre les deux premiers Multi-50 qui suivent aussi les mêmes trajectoires, sauf que Actual en tête au large de Madère, a dû faire un pit-stop à Porto Santo pour remplacer son électronique de tête de mât. Il repasse en tête quelques heures au Pot au Noir, mais finalement FenêtréA Cardinal maintient son avance de 50 milles au passage de l’équateur. La bagarre ne cesse qu’en baie de Rio de Janeiro lorsque Erwan Le Roux et Yann Eliès profitent de leur placement plus méridional pour s’imposer avec cinq heures d’avance sur Yves Le Blévec et Kito de Pavant.

Les monocoques ne mollissent pas
Au large de Madère, les monocoques Imoca se sont scindés en deux groupes : les cinq leaders de la dernière génération suivis par Bureau Vallée et Votre Nom Autou du Monde un peu moins à l’aise dans ces allures où la puissance parle, et les trois ‘vintages’ qui ont du mal à suivre le tempo particulièrement relevé. PRB a pris le commandement mais MACIF est déjà dans son tableau arrière tandis que Maître CoQ et Safran se font piéger par un nuage de calmes en plein dans les alizés ! Puis c’est au tour de Cheminées Poujoulat de se faire arrêter alors qu’il était en tête… Mais c’est tout de même la grande cavalcade vers le Pot au Noir quand le duo Riou-Le Cam annonce qu’il va faire escale au Cap-Vert pour lui aussi changer de safran… 50 minutes seulement seront nécessaires mais Gabart-Desjoyeaux en profitent pour prendre la main.

A la sortie d’un Pot au Noir classique, les deux voiliers sont à vue et leurs trois poursuivants déjà décrochés. Les alizés de l’hémisphère Sud sont tout aussi instables et puissants et la descente vers Vitoria n’est plus qu’une course de vitesse où MACIF s’impose… jusqu’à ce qu’il démâte au large de Salvador de Bahia ! Malgré tous les efforts de Guillemot-Bidégorry et Beyou-Pratt, PRBne peut plus être rattrapé une fois les orages du cap Frio transpercés : Vincent Riou et Jean Le Cam signent leur première victoire sur la Transat Jacques Vabre.

L’épouvantail ibère
En ce 24 novembre, dix-sept jours se sont écoulés et les Class40’ sont déjà au large de Recife ! Il faut dire que les conditions météorologiques ont été particulièrement favorables même s’il faut noter beaucoup de grains sur la route : le Pot au Noir est peu pénalisant, les monocoques naviguent sous spi ou sous gennaker dans une brise qui descend rarement en dessous de 20 nœuds, la route est toute droite, sans manœuvre, mais le ciel est toujours aussi plombé. GDF SUEZ n’aurait plus à s’inquiéter si ce n’est que Sébastien Rogues et Fabien Delahaye annoncent après avoir dépassé Salvador de Bahia, qu’ils ont déchiré leur spi dès le Cap-Vert… Ils ont été ralentis certes, mais pas tant que cela puisque leur sistership Mare est toujours cent milles derrière. Ce sont les Espagnols qui impressionnent le plus avec Tales Santander 2014 qui revient très fort depuis son escale ibère et qui commence à stresser les leaders : Alex Pella et Pablo Santurde ne finissent que 3h30 plus tard…

Et derrière, les Class40’ se tirent la bourre par paquet : Watt & Sea devance de peu Groupe Picoty,SNCF GéodisERDF-Des pieds et des mains et Vaquita, le voilier autrichien qui a interpelé par sa vitesse au vent de travers. Puis par vagues, les autres duos se succèdent avec des arrivées parfois extrêmement serrées comme celle de Matouba qui bat de douze minutes Proximedia… Les écarts sont à la hauteur des problèmes techniques qu’ont dû résoudre la plupart des équipages dans ces conditions toujours musclées au moins jusqu’au cap Frio. Car les derniers peinent ensuite dans les petits airs et le dernier, 11th Hour Racing mettra ainsi XX jours pour conclure cette onzième édition de la transat Jacques Vabre.

L’Atlantique du Nord au Sud a été avalé quatre à quatre par les quatre classes et les quarante-quatre voiliers partis du Havre : seuls deux Multi-50, un monocoque Imoca et trois Class40’ ont abandonné ! Les quatre vainqueurs ont explosé les compteurs avec des temps de course à faire pâlir les prétendants au Trophée Jules Verne et les duos ont dépensé une énergie folle pour rester à l’endroit pour les multicoques (MOD70 et Multi-50) ou préserver le matériel pour les monocoques (Imoca et Class40’) : Sébastien Josse et Charles Caudrelier (MOD70) n’auront mis que 11 jours 05 heures pour boucler les 5 450 milles entre Le Havre et Itajai, Erwan Le Roux et Yann Eliès (Multi-50) trois jours et demi de plus, Vincent Riou et Jean Le Cam (Imoca) 17 jours et Sébastien Rogues et Fabien Delahaye (Class40’) 20 jours et 21 heures !

Classement général

Classement

Skippers

Bateau

Arrivée

Distance parcourue sur le fond

Vitesse moyenne

CLASS40

 

 

     

1

Sébastien Rogues - Fabien Delahaye

GDF SUEZ

29/11/2013 22:56:00

5 573,78

11,11

2

Alex Pella - Pablo Santurde

TALES SANTANDER 2014

30/11/2013 02:36:50

5 660,16

11,20

3

Jörg Riechers - Pierre Brasseur

MARE

30/11/2013 04:36:30

5 663,16

11,16

4

Yannick Bestaven - Aurélien Ducroz

WATT  and SEA Région Poitou Charentes

01/12/2013 09:29:21

5 610,30

10,46

5

Jean-Christophe Caso - Aymeric Chappellier

GROUPE PICOTY

01/12/2013 11:41:22

5 632,22

10,46

6

Fabrice Amedeo - Armel Tripon

SNCF-GEODIS

01/12/2013 12:09:14

5 632,76

10,45

7

Damien Seguin - Yoann Richomme

ERDF-DES PIEDS ET DES MAINS

01/12/2013 13:28:49

5 594,99

10,36

8

Christof Petter - Andreas Hanakamp

VAQUITA

01/12/2013 14:54:08

5 697,91

10,52

9

Halvard Mabire - Miranda Merron

CAMPAGNE DE FRANCE

02/12/2013 01:02:22

5 603,48

10,15

10

Louis Duc - Stéphanie Alran

PHOENIX EUROPE

02/12/2013 03:54:42

5 676,11

10,23

11

Victorien Erussard - Thibaut Vauchel-Camus

SOLIDAIRES EN PELOTON

02/12/2013 11:16:40

5 855,17

10,42

12

Gaetano Mura - Sam Manuard

BET 1128

02/12/2013 11:44:23

5 635,09

10,02

13

Stefano Raspadori - Pietro D'Ali

FANTASTICA

02/12/2013 12:58:15

5 796,88

10,28

14

Mike Gascoyne - Brian Thompson

CATERHAM CHALLENGE

02/12/2013 17:50:45

5 703,36

10,03

15

Bertrand Guillonneau - Sébastien Audigane

MATOUBA

03/12/2013 23:26:50

5 801,31

9,70

16

Denis Van Weynbergh - Jean-Edouard Criquioche

PROXIMEDIA - SAUVEZ MON ENFANT

03/12/2013 23:38:56

5 802,95

9,70

17

Damien Rousseau - Matthieu Alluin

MR BRICOLAGE

04/12/2013 00:55:15

5 907,42

9,85

18

Catherine Pourre - Goulven Royer

EÄRWEN

04/12/2013 01:58:20

5 789,77

9,64

19

Lionel Regnier - Tim Darni

APRIL / DELTACALOR

04/12/2013 17:38:50

5 712,76

9,27

20

Olivier Roussey - Philippe  Burger

OBPORTUS 3

05/12/2013 18:42:50

5 896,96

9,19

21

Michelle Zwagerman  - Patrick Conway

CROIX DU SUD

06/12/2013 00:38:03

5 672,36

8,76

22

Eric Darni - Florent Bernard

ECOELEC-FRANTRONIC

07/12/2013 06:03:55

5 862,20

8,66

23

Hannah Jenner - Rob Windsor

11TH HOUR RACING

09/12/2013 05:43:00

6 297,14

8,69

ABD

Dominique Rivard- Wilfrid Clerton

MARIE-GALANTE

 

   

ABD

Bruno Jourdren - Thomas Ruyant

DUNKERQUE Planète Enfants

 

   

ABD

Ned Collier Wakefield - Sam Goodchild

CONCISE 8

 

   

MULTI 50

         

1

Erwan Leroux - Yann Eliès

FENETREA CARDINAL

22/11/2013 05:40:15

5 872,04

16,60

2

Yves le Blevec - Kito de Pavant

ACTUAL

22/11/2013 10:47:30

5 866,20

16,35

3

Gilles Lamiré - Andrea Mura

RENNES METROPOLE / SAINT-MALO AGGLOMERATION

27/11/2013 04:03:46

6 229,99

13,20

4

Erik Nigon - Samy Villeneuve

VERS UN MONDE SANS SIDA

27/11/2013 13:11:18

5 895,17

12,25

ABD

Lalou Roucayrol - Mayeul Riffet

ARKEMA - Region Aquitaine

 

   

ABD

Loïc Fequet - Loïc Escoffier

MAITRE JACQUES

 

   

IMOCA

         

1

Vincent Riou - Jean Le Cam

PRB

24/11/2013 12:41:47

5 769,20

14,12

2

Marc Guillemot - Pascal Bidégorry

SAFRAN

24/11/2013 16:43:23

5 746,74

13,92

3

Jérémie Beyou - Christopher Pratt

MAITRE COQ

24/11/2013 17:15:07

5 743,41

13,90

4

Bernard Stamm - Philippe Legros

CHEMINEES POUJOULAT

25/11/2013 00:19:44

5 748,65

13,68

5

Louis Burton - Guillaume Le Brec

BUREAU VALLEE

27/11/2013 14:18:45

5 922,18

12,28

6

Bertrand de Broc - Arnaud Boissières

VOTRE NOM AUTOUR DU MONDE

27/11/2013 16:34:05

5 880,69

12,14

7

Zbigniew Gutkowski - Maciej Marczewski

ENERGA

27/11/2013 22:47:17

6 000,69

12,23

8

Tanguy de Lamotte - François Damiens

INITIATIVES-CŒUR

28/11/2013 15:55:46

5 860,11

11,54

9

Allesandro Di Benedetto - Alberto Monaco

TEAM PLASTIQUE

28/11/2013 15:55:55

5 748,10

11,32

ABD

François Gabart - Michel Desjoyeaux

MACIF

 

   

MOD70

         

1

Sébastien Josse - Charles Caudrelier

EDMOND DE ROTHSCHILD

18/11/2013 17:03:54

5 951,79

22,12

2

Sidney Gavignet - Damian Foxall

OMAN AIR MUSANDAM

18/11/2013 22:04:09

5 967,65

21,77

2011 : Une édition rude et magnifique

Un report du départ de 74 heures pour cause de gros temps, une première semaine de navigation très rude en Atlantique Nord, 15 abandons sur 35 partants (42,8% de la flotte), une route nord gagnante, un troisième sacre pour Jean-Pierre Dick, un nouveau temps de référence Imoca en 15 jours 18 heures 15 minutes et 54 secondes… voici les faits qui ont secoué cette dixième édition de la Transat Jacques Vabre à destination du Costa Rica. Une course très tonique, à la fois dure et magnifique.

Le 21 octobre, trente cinq bateaux pavoisent dans le port du Havre : treize 60 pieds Imoca, six Multi50 et seize Class40, une classe qui fait son retour sur la Transat Jacques Vabre après une première participation en 2007.

En ce début d’automne doux et ensoleillé, les cœurs sont légers le long des quais du bassin Paul Vatine. Mais comme les feuilles mortes en cette saison, les perturbations se ramassent aussi à la pelle et la météo reste sous étroite surveillance. Une grosse dépression qui déboule de Terre-Neuve fait souffler un vent d’inquiétude au sein des équipes. Ce phénomène météorologique va finir par contrarier pour de bon les plans de départ. Le coup d’envoi, prévu initialement le 30 octobre est repoussé à une date ultérieure. Jean Maurel, le Directeur de Course, en fait l’annonce aux 70 coureurs le matin du dernier briefing météo. Le sursis va durer 3 jours et 2 heures. Le 2 novembre à 15 heures, la flotte s’élance finalement à l’assaut de l’Atlantique. Au menu : 4730 milles pour les petits et grands monocoques et 5323 pour les multicoques qui font un détour par Saint Barthélémy (à bâbord) et la Barbade (à tribord). 

Très vite, les marins entrent dans le dur. Ce n’est pas une mais trois dépressions qu’ils devront traverser, le tout en l’espace de quatre jours. La navigation au reaching dans des vents de 35/40 nœuds et une mer très formée, alliée à l’intensité de la compétition dans les trois séries, va laminer une partie de la flotte.

Le gros des abandons a lieu entre le 3 et le 6 novembre puis une à deux journées plus tard au niveau des Açores. La fortune de mer la plus sérieuse touche l’équipage du 60 pieds Imoca Cheminées Poujoulat dont le bateau, fissuré à l’avant de la coque, prend l’eau. Bernard Stamm et Jean-François Cuzon seront hélitreuillés par la Marine portugaise, leur bateau sera remorqué plus tard, à demi coulé. Pour les autres, tandis que les conditions s’améliorent et que les premiers tandems commencent à trouver des vents portants après le passage des Açores, la course continue. Elle sera le théâtre d’options différentes entre le nord et le sud et de belles échauffourées dans les difficiles 1000 derniers milles en mer des Caraïbes, parsemée de grains violents.

Au final, ce sont les partisans de la voie septentrionale, au plus près de la route directe, qui seront les grands gagnants de cet opus 2011. C’est le cas de l’équipage de Virbac-Paprec 3 qui s’impose au Costa Rica au scratch et dans sa catégorie après 15 jours, 18 heures, 15 minutes et 54 secondes d’une navigation quasi parfaite. A Puerto Limon, terminus de la Transat Jacques Vabre pour la deuxième fois consécutive, la population locale, toujours aussi chaleureuse, fait honneur aux navigateurs.

Extrêmement combattifs et armés d’un bateau à la fois rapide et fiable, Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou améliorent d’1 heure et 7 minutes le temps de référence établi il y a deux ans par Safran sur le même parcours. Cette performance, ajoutée à celle accomplie dans la Barcelona World Race 2010-2011 vaut à Jean-Pierre Dick d’être sacré quelques jours plus tard marin de l’année. A bord d’Actual, Yves le Blévec et Samuel Manuard s’imposent en Multi50 tandis que Yannick Bestaven et Eric Drouglazet (Aquarelle.com) décrochent la timbale en Class40.

 

Classement

Classement

Skippers

Bateau

Arrivée

Vitesse moyenne

IMOCA

 

 

 

 

1

Jean-Pierre DICK- Jérémie BEYOU

Virbac-Paprec 3

18/11/2011 09:15

12,5

2

Alex THOMSON - Guillermo ALTADILL

Hugo Boss

19/11/2011 00:20

12,03

3

Armel LECLEACH-Christopher PRATT

Banque Populaire

19/11/2011 06:00

11,85

4

François Gabart-Sébastien COL

Macif

19/11/2011 07:50

11,8

5

Kito DE PAVANT -Yann REGNIAU

Groupe Bel

19/11/2011 09:04

11,76

6

Marc GUILLEMOT - Yann ELIES

Safran

19/11/2011 10:27

11,72

7

Louis BURTON-Nelson BURTON

BUREAU VALLEE

20/11/2011 07:45

11,14

8

Dominique WAVRE -Michèle PARET

Mirabaud

20/11/2011 10:39

11,06

9

Mike GOLDING - Bruno DUBOIS

GAMESA

20/11/2011 12:42

11,01

ABD

Arnaud BOISSIERES - Gérald VENIARD

Akena Verandas

 

 

ABD

Vincent RIOU -Hugues DESTREMAU

PRB

 

 

ABD

Marc THIERCELIN-Luc ALPHAND

DCNS 1000

 

 

ABD

Bernard STAMM -Jean-François CUZON

Cheminées Poujoulat

 

 

 

 

 

 

 

MULTI 50

 

 

 

 

1

Yves LE BLEVEC-Samuel MANUARD

ACTUAL

20/11/2011 08:07

12,52

2

Loic FEQUET- Loic ESCOFFIER

Maitre Jacques

21/11/2011 13:10

11,72

ABD

Franck Yves ESCOFFIER- Antoine KOCH

Crêpes Whaou !

 

 

ABD

Julien MABIT-Etienne MABIT

Monopticien.com

 

 

ABD

Lionel LEMONCHOIS- Matthieu SOUBEN

Prince de Bretagne

 

 

ABD

Erwan LE ROUX-Didier LE VOURCH

FenetreA - Cardinal

 

 

 

 

 

 

 

CLASS 40

 

 

 

 

1

Yannick BESTAVEN-Eric DROUGLAZET

Aquarelle.com

24/11/2011 08:59

9,06

2

Damien SEGUIN-Yoann RICHOMME

ERDF Des pieds et des mains

24/11/2011 18:08

8,91

3

Hannah JENNER-Jesse NAIMARK

40 degrees

25/11/2011 19:22

8,5

4

Aasberg Rune-Simen LOVGREN

Solo

26/11/2011 01:10

8,41

5

Jacques FOURNIER-Jean Christophe CASO

Groupe PICOTY

27/11/2011 13:42

7,9

6

Nick HALMOS-Hugh PIGGIN

11th Hour Racing

27/11/2011 23:00

7,78

7

Stéphanie ALRAN-Jean-Edouard CRIQUIOCHE

Phoenix Europe Express

28/11/2011 17:54

7,55

8

Christophe COATNOAN-Etienne LAFORGUE

Partouche

01/12/2011 07:00

2,9

9

Andrea FANTINI-Stella TOMMASO

HIP ECO BLUE

01/12/2011 07:18

6,5

ABD

Stéphane LE DIRAISON- Thomas RUYANT

Bureau Veritas - Dunkerque Plaisance

 

 

ABD

Thierry BOUCHARD-Gilles BERENGER

Comiris Pole Santé Elior

 

 

ABD

Ned COLLIER WAKEFIELD-Sam GOODCHILD

Concise 2

 

 

ABD

Eric GALMARD-François SCHEECK

Avis Immobilier

 

 

ABD

Eric LECOQ-Eric DEFERT

Lecoq Cuisine

 

 

ABD

Anna Maria RENKEN-Jakica JESIH

Gust buster

 

 

ABD

Tanguy DE LAMOTTE-Eric PERON

Initiatives - Alex Olivier

 

 

Retour en haut de la page

Edition 2009 - Le Costa Rica en ligne de mire

Nouvelle destination pour une Transat Jacques Vabre qui s’est signalée par une compétition haletante en IMOCA. C’est le tandem Marc Guillemot – Charles Caudrelier (Safran) qui l’emporte de haute lutte devant Kito de Pavant et François Gabart (Groupe Bel) au terme d’une transat menée à haute vitesse. En Multi 50, le duel attendu entre Crêpes Whaou ! et Actual a tourné court. Franck-Yves escoffier et Erwan Le Roux ont tout de même eu la satisfaction de finir premier au scratch pour moins d’une heure.

Cette édition 2009 n’aura ménagé ni les hommes, ni leurs machines. Partis sous un beau soleil automnal, les concurrents pouvaient s’attendre à une sortie de Manche plutôt paisible. La bagarre entre les deux Multi50 favoris, Actual et Crêpes Whaou !, bien engagée pourtant, cessait au large de Cherbourg, quand le trimaran d’Yves Le Blévec et Jean Le Cam chavirait, étrave pliée en deux. Dès lors, malgré la résistance de Loïc Féquet et Victorien Erussard (Guyader pour Urgence Climatique), la course des Multi50 vaudra avant tout pour savoir qui sera, des multicoques ou des monocoques, le plus premier à Puerto Limon. Les monocoques peuvent faire quasiment route directe, en respectant le fait de laisser Puerto Rico à tribord quand les multicoques doivent virer l’île de La Barbade.

Un choix décisif

Au sein de la flotte des IMOCA, la décision de piquer au sud pour contourner une méchante dépression au large ou de persévérer plein ouest au risque de rencontrer du très mauvais temps, va s’avérer cruciale. Partis au sud, Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou (Foncia) font l’objet de toutes les attentions. On ne laisse pas prendre une route à l’écart des autres, un concurrent aussi prestigieux que le double vainqueur du Vendée Globe. Il sera suivi dans cette option par quelques bateaux tel DCNS ou Artemis. Mais le gros de la flotte choisit la route directe.

Premiers abandons

Le mauvais temps qui sévit sur l’Atlantique fait ses premières victimes. Tour à tour, Brit Air, DCNS, FenêtréA Cardinal annoncent leur abandon. Mais surtout, dans la nuit du 12 au 13 novembre, BT déclenche sa balise de détresse : une vague scélérate a arraché le roof du bateau. La coque est remplie d’eau et menace de sombrer. Depuis les Açores, les secours s’organisent et à la fin de la journée, Sébastien Josse et Jean-François Cuzon seront hélitreuillés, pendant que leur bateau sera pris en charge par un remorqueur quelques heures plus tard. Le mauvais temps continuera de faire des dégâts : escale forcée aux Açores pour Veolia Environnement et Aviva, abandon pour Hugo Boss suite au délaminage de sa coque,  avaries de voile pour Mike Golding et Javier Sanso. Pendant ce temps, ceux qui ont échappé à la tempête cravachent.

Course de vitesse

C’est maintenant la ruée vers l’arc antillais. Safran qui a pris la tête de la course ne la lâchera plus malgré la pression du tandem de Groupe Bel. Pour la troisième place Mike Golding et Javier Sanso, idéalement placés espèrent que leur position stratégique leur permettra de compenser un petit déficit de vitesse, consécutif à un lot d’avaries mineures, mais handicapantes. D’autant que sur la route sud, Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou cravachent pour refaire leur retard.
En passant l’arc antillais, les navigateurs ont le sentiment que le plus dur est fait. Pourtant les derniers jours de course vont leur apporter un démenti formel. Alizé puissant mais fortement instable, temps à grains et, pour finir, gestion des calmes dans les derniers milles auront été le lot commun des navigateurs. Arrivé en tête, le tandem de Crêpes Whaou ! avouera être passé très près de la correctionnelle, quelques jours plus tôt. En voulant pousser les feux de leur trimaran, Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux ont failli passer cul par dessus tête dans un grain. Moins d’une heure plus tard, Marc Guillemot pouvait savourer sa première victoire à bord de son monocoque Safran et de faire la une des titres pour sa valeur sportive avant tout. Le tandem éprouvé qu’il formait avec Charles Caudrelier – les deux hommes naviguaient déjà ensemble en 2007 – a donné sa pleine mesure pour une victoire sans discussion possible. Kito de Pavant et François Gabart prenaient la deuxième place quelques heures plus tard et Mike Golding et Javier Sanso complétaient le podium. Quatrième, Michel Desjoyeaux ne boudait pas son plaisir : « on n’a pas voulu aller jouer avec les autres, on savait le risque qu’on prenait en allant sur la route sud. Ceux du nord, ont gagné, ça prouve qu’ils avaient raison. »

Haute tension

Les calmes qui sévissent près de Puerto Limon vont redistribuer les cartes. En IMOCA, Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias (Veolia Environnement) se font chiper leur cinquième place à quelques milles de l’arrivée par Pepe Ribes et Alex Pella (W Hôtels) à la faveur d’un grain où leurs adversaires les dépassent à pleine vitesse à moins d’un mille de distance. Loïc Féquet et Victorien Erussard resteront aussi sous la menace de Lalou Roucayrol et Amaiur Alfaro (Région Aquitaine Port-Médoc).

Ce nouveau parcours vers le Costa Rica s’est révélé, au final, beaucoup plus ouvert que celui du Brésil. De véritables choix entre route du nord et route du sud pour rejoindre les Antilles, une traversée de la mer des caraïbes compliquée et sujette à rebondissement, un accueil époustouflant de gentillesse des Costaricains, autant d’ingrédients pour avoir envie de tenter une nouvelle fois l’aventure.
 

Classements

Classement Skippers Bateau Arrivée Vitesse moyenne
IMOCA
1 M.Guillemot/C.Caudrelier Safran 24/11/2009    09:52 12,46
2 K.De Pavant – F.Gabart Groupe Bel    24/11/2009    18:32 12,18
3 M. Golding/J.Sanso Mike Golding Yacht Racing 25/11/2009    15:59 11,54
4 M.Desjoyeaux/J.Beyou Foncia 25/11/2009    23:14 11,34
5 A.Pella/P.Ribes W.Hotels 27/11/2009    12:41 10,41
6 R.Jourdain/JL.Nélias    Veolia Environnement 27/11/2009    12:46 10,41
7 A.Boissières/V.Riou Akenas Verandas            27/11/2009    15:50 10,34
8 D.Caffari/B.Thompson Aviva                 27/11/2009    16:17 10,33
9 Y.Parlier/P. Rivero 1876                    27/11/2009    19:07 10,26
10 S.Davies/S. Gavignet Artemis             28/11/2009    06:50 10,01
ABD A.Le Cleac'h/N.Troussel Brit Air    
ABD S.Josse/JF. Cuzon BT    
ABD M.Thiercelin/C.Pratt DCNS    
ABD A.Thomson/R.Daniel Hugo Boss    
         
MULTI50
1 FY. Escoffier/E. Leroux Crêpes Whaou !   24/11/2009 13,41
2 V. Erussard/L. Fecquet Guyader pour Urgence Climatique 30/11/2009 18:19 9,46
3 L.Roucayrol/A.Alfaro Région Aquitaine-Port Medoc 30/11/2009 22:22 9,39
4 H.Cleris/C.Dietsch Prince de Bretagne 09/12/2009 01:39 6,88
ABD Y.Le Blevec/J.Le Cam Actual    
ABD A. Maignan/N.Harel Fenetrea-Cardinal    

 

Retour en haut de la page

Edition 2007 - Une Jacques Vabre d'anthologie

Victoire du duo Desjoyeaux-Le Borgne en 17 jours, 2 heures et 37 minutes sur Foncia. Safran, deuxième, a impressionné. En Orma, victoire sans coup férir de Groupama 2 (10 jours et 38 minutes). En Multi 50 Crêpes Whaou! a gouverné la flotte (15 jours et 22 heures). En Class40, victoire impressionnante de Telecom Italia en 22 jours et 13 heures devant Atao Audio System et Chocolats Monbana. Quatre bateaux ont abandonné sur 60.

Que retenir de cette huitième édition de la Transat Jacques Vabre ? Une foule d'enseignements. Commençons par la classe Imoca vers laquelle sont naturellement braqués tous les regards en vue du Vendée Globe l'an prochain. Comment ne pas retenir le despotisme de Michel Desjoyeaux (accompagné de Manu Le Borgne) sur Foncia ?

Première grande course et première grande victoire sur ce plan Farr, dernière génération. Mais prenons garde à ne voir là qu'une victoire supplémentaire du marin brillantissime et qui part à l'assaut des places de premier avec une régularité époustouflante et qu'il convient de saluer avec énergie. On dira que Desjoyeaux n'a pas d'égal, que son intelligence et son opiniâtreté forcent le respect. Rappelons le podium (Foncia-Safran-Cheminées Poujoulat).

Dans cette Transat Jacques Vabre extrêmement disputée (7 leaders en 17 jours) le fait marquant est à mettre au crédit des hommes de Safran (2ème pour mémoire). Marc Guillemot et Charles Caudrelier, privés de spi, coupent la ligne 54 minutes après Foncia. Marc Guillemot quelques jours plus tard revenait sur cette performance : « On a le sentiment de posséder un bateau bien né, au fort potentiel et qui fait des envieux », glissait doucement Marc dans un demi sourire. Puis de poursuivre : «Ce qui m'a surpris c'est que finalement les choix les plus architecturaux les plus radicaux ont été faits par les marins les plus âgés : moi, Mich' (Desjoyeaux), Mike (Golding) ou Kito (de Pavant). Mais faut voir ce que cela peut donner en solo », concluait Marc Guillemot avec métier.

C'est en effet le propos tenu par Loïck Peyron à son arrivée sur Gitana Eighty : «Ce sont des belles machines. Mais est-ce que le marin sera à la hauteur? ». Comment interpréter ce constat dans l'optique d'un tour du monde? Réponse de Jean Le Cam (VM Matériaux) qui en compagnie de Gildas Morvan, s’est classé quatrième : « La première question que chacun à en tête: qui peut battre Safran ? La deuxième qui en découle : comment faire avancer un bateau aussi vite et sans douleur? ». Jean avait entrevu le problème dès le départ:« De l'impuissance de la puissance ». On dirait un sujet du Bachot, mais tout est dit. Marc Guillemot le place d'ailleurs sur le podium du Vendée Globe, d'autorité : « Si Jean a encore les moyens de travailler sur les appendices, de les alléger, alors oui, ça va êtreun client très, très sérieux».

D'autres morales à tirer ? Certainement, du moins en ce qui concerne deux bateaux neufs (Generali et Brit Air) qui n'ont pas été à la hauteur des espoirs des marins engagés sur cette Jacques Vabre. De lourds chantiers attendent ces bateaux cet hiver. Comme le dit un marin « un régime Weight Watcher les attend. » Et de poursuivre en tirant sur sa clope : « Mais comment faire quand on sait qu'on s'est trompé? ».

Safran, indubitablement, reste le bateau « taille patron » sur lequel se tailleront les prochaines conceptions architecturales. Groupe Bel, son demi-frère, peut se prévaloir d'un intérêt du même ordre. Pour une nation méridionale comme la nôtre la fin annoncée de la classe Orma, du moins dans sa conception connue de nous (60 pieds), est un crève coeur. Un ressaisissement est prévu dans deux ans sous la forme de monotypes de 70 pieds.

Victoire sans grand suspense de Groupama 2 (Franck Cammas – Stève Ravussin) devant Gitana 11 (Lemonchois - Guichard) et Banque Populaire (Bidégorry - Yvan Ravussin). Ces deux derniers, sur casse, se sont arrêtés pour réparer, hypothéquant alors leurs chances de victoire. Temps canon de Groupama 2 (10 jours, 38 minutes) sur une route directe, qui fait tomber le précédent record d'un jour et 22 minutes. Cinq bateaux au départ. Cinq à l'arrivée. Avec une belle frayeur pour Banque Populaire qui a vu son étrave se désolidariser à quelquesheures du but. On aurait dit « un bout de nez tranché à la machette », comme l'a raconté plus tard Pascal Bidégorry.

En classe multi 50 pieds, pas grand chose de neuf sous les tropiques, à vrai dire. On savait dès le départ que la domination de Crêpes Whaou! sur la classe était depuis longtemps établie et que l'autorité de Franck-Yves Escoffier, cette année accompagné de Karine Fauconnier, mettait le trimaran malouin en position favorable pour réaliser le doublé. Ce qui fut fait en 15 jours et 22 heures. Le leadership de Crêpes Whaou! ne fut pas à proprement contesté même si Laiterie de Saint-Malo, à la faveur d'une option Ouest dans le Pot au Noir, parvint à réduire la fracture (moins de 50 milles d'écart) avant d'en payer la facture (1 jour et 16 heures derrière). Le duo mère et fille Caseneuve (Croisières Anne Caseneuve) réalise une course tout à fait épatante en se classant troisième (19 jours). Quant au binôme familial briochin (père et fille de Carlan) sur DZEnergy.com, il a fermé samedi la marche des 50 pieds multis.

Enfin, pour terminer, il faut saluer l'immense répertoire qui a été joué depuis Ouessant par Soldini et d'Ali à bord de Telecom Italia , un plan Verdier, tout comme Safran (mais avec VP-LP). Cinq mois pour faire un bateau et 22 jours et 13 heures pour parcourir 4340 milles. Du beau boulot. La deuxième place revient à Atao Audio System (Vittet - Chabagny) en 22 jours et 17 heures. Quant à Chocolats Monbana (Grimont - Le Roux) en 23 jours et 1 heure, il complète le podium. On notera un finish au couteau entre Sidaction, Pôle Elior Santé et Deep Blue. Les trois bateaux, bord à bord, franchissant la ligne, séparés par deux minutes et cinq secondes. Encore un chiffre : 27 secondes. C'est l'écart entre Jardin Bio (Parnaudeau - Caso) et Commerce équitable (Criquioche - Duc), respectivement 21ème et 22ème. Pour le plaisir on ne résiste pas à la lecture de l'une des plus amusantes phrases de cette Jacques Vabre. On l'a doit à m'zelle Cécile Poujol sur Merci les amis (17ème): « C'était une transat de sarkozistes : il fallait toujours être à droite. Les plus riches devenaient toujours plus riches et nous, on a travaillé plus pour gagner plus, mais ça n'a jamais marché! (rires). » Le lecteur en tirera donc la morale qu'il convient.

Classements

Classement Bateau Skippers Arrivée
IMOCA60      
1 Foncia DESJOYEAUX Michel/LE BORGNE Emmanuel 20/11/2007 16:37
2 Safran GUILLEMOT Marc/CAUDRELIER Charles 20/11/2007 17:31
3 Cheminées Poujoulat STAMM Bernard/CARIOU Tanguy 20/11/2007 19:19
4 VM Matériaux LE CAM Jean/MORVAN Gildas 20/11/2007 21:50
5 Ecover III GOLDING MIKE/DUBOIS Bruno 21/11/2007 06:09
6 Groupe Bel DE PAVANT Kito/COL Sébastien 21/11/2007 07:44
7 Brit Air LE CLEAC'H Armel/TROUSSEL Nicolas 21/11/2007 11:13
8 Gitana Eighty PEYRON Loick/LEVAILLANT Jean Baptiste 21/11/2007 21:33
9 Generali ELIES Yan/AUDIGANE Sébastien 21/11/2007 21:40
10 Roxy DAVIES Samantha/GREGOIRE Jeanne 22/11/2007 11:56
11 Maisonneuve DEJEANTY Jean Baptiste/LAURENT Hervé 22/11/2007 20:02
12 Akena Vérandas BOISSIERES Arnaud/CHOMETTE Jean Philippe 23/11/2007 12:16
13 Cervin EnR BESTAVEN Yannick/GUERIN Ronan 23/11/2007 13:36
14 Aviva CAFFARI Dee/KING Nigel 23/11/2007 22:10
15 Pakea Bizkaia 2009 BASURKO Unai/GANDARIAS Gonzalo 24/11/2007 21:46
16 Great American III WILSON Rich/BIRCH Mike 26/11/2007 13:32
ABD Artemis MALBON Jonny/TOURELL Graham  
ORMA
1 Groupama CAMMAS Franck/RAVUSSIN Steve 14/11/2007 13:40
2 Gitana 11 LEMONCHOIS Lionel/GUICHARD Yann 14/11/2007 22:51
3 Banque Populaire BIDEGORRY Pascal/RAVUSSIN Yvan 15/11/2007 05:59
4 Brossard BOURGNON Yvan/VINCENT Jacques 15/11/2007 14:17
5 Sopra KOCH Antoine/GENDRON Grégory 16/11/2007 00:25
CLASS 50 OPEN - Date retenue pour le calcul du classement provisoire estimé à : 01/12/07 18:00
1 Crèpes Whaou ! ESCOFFIER Franck Yves/FAUCONNIER Karine 20/11/2007 11:29
2 Laiterie de Saint Malo ERUSSARD Victorien/DAHIREL frédéric 22/11/2007 04:02
3 Croisières Anne Caseneuve CASENEUVE Anne/HOUDET Djamina 23/11/2007 23:02
4 NIM Intérim Management ROUCAYROL Lalou/VAN DEN BROEK Pierre 24/11/2007 01:35
5 Négoceane LANGEVIN Roger/LANGEVIN Alexis 25/11/2007 15:58
6 Victorinox MONNIER Dany/DUPUY Pierre 26/11/2007 23:56
7 DZ energy.com DE CARLAN Hervé/DE CARLAN Nolwenn 01/12/2007 16:00
ABD Avocet 50 LILTI Jean-François/GOSSELIN Xavier  
CLASS 40
1 Télécom Italia SOLDINI Giovanni/D'ALI Pietro 26/11/2007 03:02
2 ATAO Audio System VITTET Dominic/CHABAGNY Thierry 26/11/2007 07:49
3 Chocolats Monbana GRIMONT Damien/Le Roux Erwan 26/11/2007 15:59
4 Appart City NOBLET Yvan/MORVAN Patrick 26/11/2007 16:37
5 A.ST Groupe EMIG Marc/de BROC Bertrand 26/11/2007 19:52
6 Groupe Partouche COATNOAN Christophe/LEBAS Christophe 26/11/2007 23:02
7 Vecteur Plus - Groupe Moniteur JOURDREN Bruno/PICHELIN Nicolas 27/11/2007 02:57
8 Novedia Set Environnement DE LAMOTTE Tanguy/BUBB Nick 27/11/2007 07:38
9 Sidaction AUBRY Arnaud/CARPENTIER Antoine 27/11/2007 10:13
10 Mistral Loisirs - Elior BOUCHARD Thierry/KRAUSS Oliver 27/11/2007 10:14
11 Deep Blue ARTHAUD Florence/POUPON Luc 27/11/2007 10:14
12 Thirard DOIN Pascal/DEFERT Eric 27/11/2007 14:20
13 Siegena Aubi LE PESQUEUX Marc/CUBILLOS Felipe 27/11/2007 16:42
14 40 Degrees HARDING Peter/LIARDET Anne 27/11/2007 16:49
15 E Leclerc Ville La Grand VIANT Jean-Michel/MAGRE Olivier 27/11/2007 16:59
16 Clarke Offshore Racing CLARKE Simon/LINDSAY David 27/11/2007 18:33
17 Merci les amis ! POUJOL Cecile/BEAUVAIS Rémi 27/11/2007 19:41
18 En avant les enfants! BERREHAR Yvon/BIBOT Gérald 27/11/2007 20:56
19 Pindar 40 ROYLE JO/BARRIER Alexia 28/11/2007 00:56
20 Nous Entreprenons FOURNIER Jacques/JANTET André 28/11/2007 13:06
21 Jardin Bio - Prévoir PARNAUDEAU Benoît/CASO Jean-Christophe 28/11/2007 15:16
22 Commerce équitable CRIQUIOCHE Jean-Edouard/DUC Louis 28/11/2007 15:17
23 Concise GOHL Dan / GALL Tom 28/11/2007 15:19
24 EDF Energies Nouvelles AUGEIX David /MARCHAND Nicolas 28/11/2007 18:36
25 Groupe Sefico REGNIER Lionel/CAVAN Pierre Yves 29/11/2007 01:05
26 Merena GUILLAUME Alexis/BOON FALLEUR Bernard 29/11/2007 18:16
27 Grassi Bateaux GALMARD Eric/GRASSI Olivier 29/11/2007 22:13
28 Gonser Group LEFEBVRE David/GONSER Florian 02/12/2007 07:00
ABD Fujifilm BENNETT Alex/PEDLEY Ifor  
ABD Kazimir Partners VAN DER WEL Lenjohn/VAN DER WEL Peter  

 

Retour en haut de la page

Edition 2005 - Une transat en accéléré

Les vainqueurs des quatre classes de la Transat Jacques Vabre ont tous sensiblement amélioré le temps de référence sur ce parcours entre Le Havre et Salvador de Bahia. Deux raisons à ce bond en avant : des conditions météorologiques exceptionnellement favorables dès le Portugal et une pression entre coureurs telle, que tous ont dû pousser leur machine au maximum de leur potentiel.

Au départ du Havre, les trente-six duos qui se présentaient sur la ligne de départ (samedi 5 novembre pour les monocoques, dimanche 6 novembre pour les multicoques) savaient bien que la première difficulté serait la sortie de la Manche et la traversée d'une dépression très active au large du golfe de Gascogne. Rien que de très normal à cette période de l'année, surtout qu'une fois passée, cette perturbation laissait place à un flux soutenu de secteur Nord Ouest puis à des alizés de Nord Est. A cinq jours, les prévisions météorologiques étaient fiables. L'objectif des coureurs était donc de se positionner aux avant-postes dès les premiers milles pour aborder le gros temps le plus au Sud et le plus à l'Ouest possible pour limiter le temps de traversée et se retrouver loin du plateau continental, là où l'état de la mer était le moins violent.

La dépression a en fait traversé assez rapidement la flotte provoquant casses (Brossard, Sodebo, Orange Project) et chavirage (Foncia) parmi les trimarans Orma. A noter l'extrême efficacité des moyens de sécurité en mer qui sont intervenus très rapidement sur zone. La plupart des équipages affrontent toutefois ce mauvais temps sans trop de dégâts puisque seuls le monocoque Imoca Cheminées Poujoulat, le trimaran de 50 pieds Négocéane - Donneurs de vie - Branec et le monocoque 50 pieds Adecco-Etoile Horizon doivent jeter l'éponge à la suite de problèmes techniques importants. Ce qui n'empêchent pas d'autres duos d'avoir des soucis ensuite (démâtage du trimaran Acanthe Ingenierie, abandon de Défi Vendéen) mais dans une proportion tout à fait normale par rapport aux conditions météorologiques subies et vis-à-vis d'autres courses océaniques.

Plusieurs bateaux doivent faire escale pour réparer (Galileo, Gitana X, Groupama-2, Artforms) et repartent, qui quelques heures, qui plusieurs jours après. En revanche, les deux chavirages de Groupama-2 dans les alizés et de TIM-Progetto Italia dans le Pot au Noir rappellent que les trimarans Orma sont des engins extrêmement sollicitant qui ne pardonnent pas beaucoup de fautes de barre ou de réglage.

Tempo musclé, arrivées serrées

Avec un anticyclone des Açores gonflé et très étendu sur l'Atlantique, les alizés portugais puis canariens ont du coffre : 30 noeuds et plus, des grains, une mer dure et courte. Les tandems à bord ne doivent pas se relâcher et gérer avec précision le premier empannage au large du Portugal. En choisissant d'enclencher la manoeuvre les derniers, c'est-à-dire les plus à l'Ouest, les deux monocoques Imoca Virbac-Paprec et Sill & Veolia font le break tandis que parmi les multicoques Orma, Banque Populaire s'échappe. Ces trois bateaux optent pour une courbe à l'extérieur de l'archipel des Canaries qui leur permet d'augmenter leur avance pendant que leurs poursuivants se voient contraints d'empanner pour s'écarter des dévents : les écarts se creusent. Chez les multicoques de 50 pieds, Crêpes Whaou ! domine de la tête et des épaules mais n'arrive pas à recoller sur les leaders de la flotte des monocoques de 60 pieds avant l'équateur, et parmi les monocoques de 50 pieds, Gryphon Solo a acquis un coussin d'avance suffisant pour gérer avec précision sa trajectoire vers le Pot au Noir.

Course de vitesse pure, la Transat Jacques Vabre impose un rythme très élevé aux duos qui cumulent beaucoup de fatigue et peu de repos : quelques coups de pompe, quelques avaries sans gravité, quelques sorties de route sans conséquence... Avec un Pot au Noir peu développé pour ceux qui font route directe vers Bahia (monocoques 50 et 60 pieds, multicoques 50 pieds), la course est presque jouée à la sortie de l'équateur mais la pression est tout de même très forte jusqu'à l'arrivée avec des écarts ridicules chez les monocoques Imoca (0,03 noeuds !).

Parmi les trimarans Orma, le tampon du Pot au Noir redistribue les cartes entre le trio de tête : Banque Populaire se fait rattraper par Gitana 11 plus à l'Est et par Géant plus à l'Ouest. Même s'il n'est pas trop violent, ni trop étendu, le Pot au Noir reste toujours aussi difficile à aborder côté Afrique, car les bateaux doivent ensuite aller contourner l'île d'Ascension, au près à 800 milles de l'équateur ! La hiérarchie est établie au passage de cette dernière marque de parcours, mais là encore, une rupture temporaire des alizés et la gestion des empannages avant le Brésil compressent les écarts à peau de chagrin à Bahia...

Classements

Classement Skippers Bateau Temps de Course Vitesse moyenne
Multi 60 Orma
1 Pascal Bidegorry & Lionel Lemonchois Banque Populaire 14j 1h 46m 29s 15,37
2 Fréderic Le Peutrec & Yann Guichard Gitana 11 14j 4h 50m 15s 15,23
3 Michel Desjoyeaux & Hugues Destremau Géant 14j 5h 27m 44s 15,2
4 Thierry Duprey du Vorsent & Erwan Le Roux Gitana X 17j 11h 6m 33s 12,38
ABD Stève Ravussin & Yvan Ravussin Orange Project    
ABD Giovanni Soldini & Vittorio Malingri TIM Progetto Italia    
ABD Yvan Bourgnon & Charles Caudrelier Brossard    
ABD Thomas Coville & Jacques Vincent Sodebo    
ABD Franck Cammas & Franck Proffit Groupama 2    
ABD Armel Le Cléac'h & Damian Foxall Foncia    
Mono 60 IMOCA
1 Jean-Pierre Dick & Loïck Peyron Virbac-Paprec 13j 9h 19m 2s 13,51
2 Roland Jourdain & Ellen MacArthur Sill et Veolia 13j 9h 54m 3s 13,48
3 Jean Le Cam & Kito de Pavant Bonduelle 13j 19h 29m 52s 13,09
4 Mike Golding & Dominique Wavre Ecover 14j 0h 46m 25s 12,89
5 Brian Thompson & Will Oxley Skandia 14j 1h 14m 11s 12,87
6 Marc Thiercelin & Eric Drouglazet Pro-Form 14j 3h 54m 6s 12,77
7 Hervé Laurent & Laurent Massot UUDS 15j 20h 14m 22s 11,41
8 Anne Liardet & Miranda Merron Roxy 16j 7h 17m 42s 11,09
9 Joé Seeten & Cecilia Carreri Mare Verticale 17j 16h 16m 8s 10,23
10 Jean-Baptiste Dejeanty & Alexandre Toulorge Maisonneuve-Région Basse Normandie 19j 5h 20m 47s 9,41
11 Walter Antunes & Raphaël Coldefy Galileo 20j 4h 17m 31s 8,96
ABD Bernard Stamm & Yann Eliès Cheminées Poujoulat    
Multi Classe 2
1 Franck-Yves Escoffier & Kevin Escoffier Crêpes Whaou ! 12j 6h 13m 59s 14,75
2 Dominique Demachy & Philippe Langlois Gifi 20j 4h 8m 20s 8,96
3 Pascal Quintin & Raphaël Sohier Jean Stalaven 20j 5h 56m 24s 8,93
4 Dany Monnier & Pierre Dupuy VictorInox 21j 3h 26m  8,3
ABD Roger Langevin & Henriette Lemay Négocéane-Donneurs de vie-Branec IV    
ABD Anne Caseneuve & Christophe Houdet Acanthe Ingénierie    
Mono Classe 2
1 Joe Harris & Josh Hall Gryphon Solo 19j 9h 5m 45s 9,33
2 Kip Stone & Merfyn Owen Artforms 20j 2h 46m 51s 8,99
3 Servane Escoffier & Bertrand de Broc Vedettes de Bréhat 20j 3h 52m 2s 8,97
4 Luc Coquelin & Chantal Foligné Top 50 Guadeloupe 23j 0h 18m 23s 7,86
ABD Paul Metcalf & Ryan Finn Polarity Solo    
ABD Jean-François Durand & Karen Leibovici Défi Vendéen    
ABD Bob Escoffier & Gérard Faye Adecco - Etoile Horizon  

 

 

Retour en haut de la page

2003 - Café serré

Trente-huit bateaux sont amarrés dans le bassin Paul Vatine pour un départ qui sera plus décalé que prévu : un coup de vent empêche les multicoques de s'élancer le lendemain du coup de canon donné pour les monocoques. Ils partent quatre jours après et n'ont plus à contourner l'île d'Ascension. Route directe pour tout le monde mais encore des coups de vent, encore des calmes, encore un rythme fou. Le nouveau venu au monocoque de 60 pieds, Jean-Pierre Dick en compagnie de Nicolas Abiven marque cette édition alors que Franck Cammas réalise le doublé, cette fois avec Franck Proffit comme équipier.

Classements

Classement Skippers Bateau Temps de course Vitesse moyenne
Monocoques 60 pieds        
1 J.P. Dick & N. Abiven VIRBAC 17j 15h 18min 05s 10,87
2 R. Jourdain & A. Thomson SILL 17j 22h 09min 11s 10,69
3 M. Golding & B. Thompson ECOVER 17j 22h 28min 37s 10,68
4 V. Riou & J. Beyou PRB 18j 08h 16min 44s 10,43
5 S. Josse & I. Autissier VMI 18j 17h 12min 42s 10,21
6 Nick Moloney & S. Davies TEAM COWES 18j 19h 57min 35s 10,14
7 D. Wavre & M. Paret CARREFOUR PREVENTION 19j 12h 54min 40s 9,75
8 J. Seeten & E. Dumont ARCELOR-DUNKERQUE 21j 04h 00min 14s 8,97
9 A. Koch & F. Robert LOIRE ATLANTIQUE 21j 20h 37min 21s 8,67
10 P. de Radigues & E. Canivenc GARNIER 22j 01h 32min 55s 8,58
11 D. Munduteguy & J.M. Odriozola 60ème SUD 23j 22h 00min 12s 7,89
12 B. Escoffier & S. Escoffier ADECCO 24j 00h 34min 15s 7,85
H.T. M. Birch & R. Birch TIR GROUPE    
ABD G. Leblanc & M. Nadeau CIMENT ST-LAURENT OCEAN    
ABD C. Heidrich & J. Sanso OBJECTIF 3    
ABD E. Richards & M. Sanderson PINDAR    
ABD B. Stamm & C. Lebas CHEMINEES POUJOULAT-ARMOR LUX    
Monocoques 50 pieds        
1 C. Humphreys & P. Larsen HELLOMOTO 22j 06h 21min 20s 8,50
H.T. J.F Durand & S. Chemin DEFI VENDEEN 24j 18h 01min 15s 7,61
H.T. R. Guillemot & O. Salnelle STORAGETEK 25j 21h 45min 25s 7,26
ABD R. Diniz & M. Taylor LABESFAL    
ABD R. Lanfevin & H. Lemay BRANEC III    
Multicoques 60 pieds        
1 F.Cammas & F. Proffit GROUPAMA 11j 23h 10min 41s 16,49
2 J.L. Nélias & L. Peyron BELGACOM 12j 00h 22min 42s 16,42
3 K. Fauconnier & D. Foxall SERGIO TACCHINI 12j 03h 20min 28s 16,23
4 M. Desjoyeaux & H. Jan GEANT 12j 06h 27min 31s 16,05
5 M. Guillemot & Y. Guichard BISCUITS LA TRINITAINE 12j 08h 11min 55s 15,94
6 L. Roucayrol & P.Bidégorry BANQUE POPULAIRE 12j 09h 27min 44s 15,87
7 T. Coville & J. Vincent SODEBO 12j 11h 20min 15s 15,76
8 L. Lemonchois & M. Guessard GITANA 12j 19h 50min 45s 15,29
9 A. Gautier & E. MacArthur FONCIA 12j 20h 38min 06s 15,25
10 P. Monnet & L. Bourgnon SOPRA GROUP 12j 20h 55min 50s 15,23
11 J. Le Cam & K. de Pavant BONDUELLE 13j 02h 00min 21s 14,97
12 F. Le Peutrec & J. Cressant BAYER CROPSCIENCE 13j 12h 31min 02s 14,44
13 S. Ravussin & Y. Ravussin BANQUE COVEFI 13j 19h 04min 00s 14,13
ABD G. Soldini & V. Malingri TIM    
Multicoques 50 pieds        
H.T. R. Hobson & A. Newman MOLLYMAWK 27j 15h 58min 00s 6,85
ABD A. Caseneuve & C. Houdet ATLANTIC NATURE    

 

Retour en haut de la page

 

2001 - A promesse faite, pari tenu

Cru corsé

Changement de cap en 2001 pour cette cinquième édition de la Transat Jaques Vabre : la Colombie laisse place au Brésil, Salvador de Bahia remplace Cartagena. Fini l'autoroute des alizés jusqu'aux Caraïbes ! Désormais il faut franchir le Pot au Noir pour arriver la « tête à l'envers » dans l'hémisphère sud... Les monocoques font route directe et le duo Roland Jourdain-Armel Le Cléac'h contient jusqu'à l'arrivée la pression britannique tandis que les multicoques doivent parer l'île d'Ascension : Franck Cammas avec le Suisse Stève Ravussin coiffent sur le poteau le couple Alain Gautier-Ellen MacArthur.

Au fil des quatre éditions précédentes, le nombre de participants à la Transat Jacques Vabre n'a cessé d'augmenter régulièrement. 13 participants en 1993, 11 en 1995, 18 en 1997, 20 en 1999, 33 en 2001... L'épreuve est originale et attire les plus grands marins pour son intérêt sportif et sa dimension d'aventure. Pour cette grande et belle course, les skippers aiment retrouver le partenaire-complice avec lequel ils vont constituer un équipage uni, le temps d'une transat, dans la souffrance et le plaisir de la mer. Preuve n'est plus à faire, en 2001, la Transat Jacques Vabre a changé de dimension et de destination. Cette 5ème édition fut exceptionnelle et faite de sensations fortes !

« On le savait dès le début que cela allait être intéressant ! »: la phrase est du troisième au Classement des multicoques 60 pieds open soit Loïck Peyron sur son Fujifilm. Car en effet, la promesse faite par Gérard Petipas, Directeur de Course de la Transat en double Jacques Vabre, d'offrir une destination nouvelle et un parcours novateur, emmenant les multicoques pour la première fois au delà de l'Equateur et défier le Pot-au-Noir, a été passionnante à suivre. Que ce soit dans la classe des monocoques 60 pieds open, des 50 pieds open et des multicoques 60 pieds open, jamais dans l'histoire de la course océanique moderne, il n'y a eu un aussi beau plateau conjuguant à la fois homogénéité, quantité mais surtout qualité des bateaux. Tous les grands noms avaient émargé en bas de la feuille de départ et les combats en perspective ont tenu toutes leurs promesses mélangeant bateaux dits « anciens » à ceux de la nouvelle génération. Groupama (Franck CammasStève Ravussin) l'emporte chez les multicoques, SilI Plein Fruit (Roland Jourdain-GaêI Le Cléac'h) gagne chez les monos 60 pieds et One Deam, One Mission (Alex Bennett-Paul Larsen) dans celle des monos 50 pieds open.

Jean Le Cam (Bonduelle): « Le parcours est super, il y a eu du près, du portant, de la pétole et des grains violents. On a eu le catalogue complet ! »

Roland Jourdain (SilI Plein Fruit): « La course a été passionnante, aussi bien sur l'eau que depuis la terre. C'est un superbe parcours ! »

Alex Bennett (One Dream, One Mission): « Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait une aussi belle course. Merci ! »

Loïck Peyron (Fujifilm): « On le savait dès le début que cela allait être intéressant et cela a tenu toutes ses promesses ! »...

Et si casse tête météorologique avait été évoqué, il aura été encore plus compliqué que prévu. Les flottes vont certes bénéficier de conditions clémentes pour sortir de La Manche et avaler le Golfe de Gascogne mis à part ce coup de vent au large du Cap Finisterre qui occasionnera des retours au stand et creusera certains écarts. « Je ne pensais pas que cela allait aller si vite. En une journée, nous avions déjà 60 milles de retard » déclarait à 1 heure ce matin Yvan Bourgnon sur les quais de Salvador de Bahia alors qu'il venait de clore cette transat longue de près de 10 000 km sur son bateau blessé à près de 2 000 km de l'arrivée. Et pour aller vite, elle est allé vite cette Transat express. il suffit de regarder les vitesses moyenne réalisées par Foncia (Alain Gautier-Ellen MacArthur) 2ème au Général, pour comprendre et affirmer que jamais les multicoques 60 pieds ne sont allés aussi vite: 17,48 noeuds pour 6096 milles avalés, qui dit mieux ? Côté monocoque, même ambiance avec un Ecover (Mike Golding-Marcus Hutchinson), 2ème au Général mais sur vitaminé avec 4 763 milles à la vitesse moyenne de 11,83 noeuds.

Mais comme disent nombre de marins dont Roland Jourdain (SilI Plein Fruit): « Aller vite c'est bien, mais aller là où il faut, c'est mieux ! ». Aussi l'aspect tactique aura été également déterminant comme l'option te long des côtes africaines de Fujifilm lui permettant de revenir dans la bagarre à l'île de l'Ascension ou la bonne porte de sortie empruntée par SilI Plein Fruit pour s'échapper d'une zone perturbée coincée entre une basse pression « maousse costaud » située au milieu de l'Atlantique et des alizés de nord-est bien faiblards. Aller vite et au bon endroit n'aura jamais aussi déterminant !

Et lorsque l'on regarde les heures et dates d'arrivée, que remarque-t-on ? Tout d'abord, il faut souligner que la navigation en double aura tenu toutes ses promesses menant ces «formules 1» des mers à 100% de leurs possibilités. Ainsi Groupama (Franck Cammas-Stève Ravussin) a avalé les 5 188 milles officiels du parcours en 14 jours 09 heures laissant un Foncia handicapé physiquement dans ses dernières 24 heures de course à seulement 3 heures 31 minutes derrière... Après une traversée de l'Atlantique via le passage du Pot-au-Noir, on compte quatre multicoques à l'arrivée avec tout au plus une journée d'intervalle. Ainsi Bonduelle est 4ème jour, 0 heure, 28 minutes de Groupama. Et chez les monos, même son de cloche, puisque sept bateaux arrivent avec moins d'une journée d'écart. Temenos est 7ème à 16 heures 07 minutes de SilI Plein Fruit. Un incroyable suspens qui touchera également la flotte des 50 pieds open, puisque Saving jusqu'au dernier moment était à deux doigts de voler la vedette à One Dream, One Mission qui aura fait une course somptueuse jouant dans la première moitié de course dans la cour de ses grands frères de jauge, soit les 60 pieds Open.

«Cette course aura tenu toutes ses promesses et la lutte aura été chaude jusqu'à Salvador de Bahia» déclarait hier Gérard Petipas lors de la traditionnelle remise des prix. «Ce parcours a montré toutes ses richesses et ses qualités offrant à la fois tactique et technique. Il fallait être attentif tout le temps et cette Transat Jacques Vabre récompense de grands marins ». Et si le savoir-faire des skippers a été mis à rude épreuve comme les machines la phrase la plus imagée est sortie de la bouche d'un Jean Le Gam (Bonduelle) visiblement heureux de la lutte offerte sur l'eau: « Tout pouvait se jouer en une journée. Tu étais inattentif quelques heures et s'en était fini. Je me rappelle d'une journée qui a été pour moi celle de la mouche qui tombe dans le café et d'Aladin sur son tapis volant. Nous sommes tombés dans une pétole pendant cinq heures pour partir ensuite à 25 noeuds de vitesse moyenne à fond ! Cette course a été superbe parce que non stop ! ».

Classements

Classement Skippers Bateau Temps de course Vitesse moyenne
Monocoques        
1. R. Jourdain & G. LeCleac'h Sill Plein Fruit 16j 13h 23' 10,92
2. M. Golding & M. Hutchinson Ecover 16j 18h 40' 10,78
3. N. Moloney & M. Turner Casto-Darty-But 16j 20h 10' 10,74
4. J. Sanso & E. Dumont SME-Négocéane 17j 01h 23' 10,6
5. B. Gallay & K. de Pavant Voilà.fr 17j 03h 23' 10,55
6. B. Laurent & M. Rufini Fila 17j 04h 12' 10,53
7. D. Wavre & M. Paret Téménos 17j 05h 30 10,5
8. B. Stamm & V. Riou Bobst Group / Armor Lux 17j 16h 55' 10,21
9. M. Merron & F. Brulé Un Univers de Service 18j 07h 39' 9,87
10. J. Seeten & E. Drouglazet Sollac Atlantique 18j 08h 25' 9,85
11. R. Tolkien & R. Wingate This Times 18j 13h 12 9,75
AB : Loic Pochet & P. Tabarly La Rage de Vivre    
Classe 2        
1. Alex Bennet & P. Larsen One Dream, One Mission 18j 16h 34' 9,67
2. R. Le Youdec & JF. Pellet Saving 18j 23h 29' 9,52
3. JP Amblard & E. Denamiel Setrabio 21j 00h 42' 8,6
4. R. Langevin & H. Lemay Branec 3 23j 13h 51' 7,67
5. S. Accati & A. Stefani Tredici 23j 16h 07' 7,64
6. M. Taylor & A. Pajowska Olympian Challenger 26j 11h 07' 6,83
AB : B. Escoffier & C. Mace Adecco - Etoile Horizon    
Multicoques        
1. F. Cammas & S. Ravussin Groupama 14j 09h 03' 15,04
2. A. Gautier & E. MacArthur Foncia 14j 12h 35' 14,88
3. L. Peyron & L. Le Mignon Fujifilm 14j 22h 11' 14,49
4. J. Le Cam & J. Caraes Bonduelle 15J 09h 31' 14,04
5. JL Nélias & M. Desjoyeaux Belgacom 15j 15h 28' 13,82
6. L. Roucayrol & Y. Parlier Banque Populaire 16j 02h 21' 13,43
7. G. Soldini & O. Lozachmeur Fila 17j 01h 50' 12,66
8.    Y. Bourgnon & Y. Ravussin Nautica 19j 15h 19' 11,01
9. E. Richards & M. Von Koskull Pindar 21j 22h 29' 9,86
AB : B. de Broc & P. Bidegory Banque Covéfi    
AB : K. Fauconnier & F. Proffit Sergio Tacchini    
AB : M. Guillemot & Y. Guichard Biscuits La Trintaine    
AB : T. Duprey & F. Denis Gitana 9    
AB : F. Joyon & T. Coville Eure et Loir    

 

Retour en haut de la page

1999 - Nouvelle innovation :
les multicoques et les monocoques auront des départs décalés de 24h !

Toujours innovante, la Transat Jacques Vabre propose au public et aux coureurs un départ décalé pour les deux flottes qui rassemble en 1999, vingt prototypes particulièrement affûtés. Les monocoques doivent parcourir près de 4 500 milles tandis que les multicoques ont plus de 5 500 milles à effectuer, ceci afin que les équipages arrivent groupés en Colombie. Une tempête redoutable sera malheureusement au rendez-vous qui coûtera la disparition de Paul Vatine. Thomas Coville et Hervé Jan sortent vainqueurs d'un groupe compact tandis que Loïck Peyron secondé par Franck Proffit remporte enfin cette épreuve après trois participations.

Pour sa quatrième édition, la Transat Jacques Vabre n'a jamais eu mine aussi radieuse. Son plateau, côté monocoques (12 inscrits) comme côté multicoques (8 inscrits), est d'une homogénéité encore jamais égalée. La dernière Transat du millénaire a un autre atout dans sa manche : le départ décalé des flottes ! " Avec deux départs et deux parcours différents, les monocoques et les multicoques sont traités sur un pied d'égalité, se réjouit Gérard Petipas, Directeur de cette Transat Jacques Vabre. C'est une grande première qui devrait se renouveler dans le futur ". Les monocoques ont un parcours long de 4420 milles, avec marque de parcours à Saint-Barthélémy. Les multicoques ont 5520 milles à effectuer. Ils doivent laisser à tribord l'île de La Barbade, contourner le Pain de Sucre de St-Barth puis mettre le cap sur l'île de San Andrès au large du Nicaragua, avant de faire route sur Cartagena.

Classements

Classement Skippers Bateau Temps de course Vitesse moyenne
Monocoques        
1.    T. Coville & H. Jan Sodébo, Savourons la vie 19j 17h 31' 9,29
2.    C . Chabaud & L. Bartissol Whirlpool 19J 18h 41' 9,27
3.    M. Golding & Ed Danby Team Group 4 19j 19h 03' 9,26
4.    R. Jourdain & J. Le Cam Sill Entreprise 19j 19h 21' 9,25
5.   M. Thiercelin & B. Mallaret Somewhere 20j 04h 16' 9,09
6.    Y. Parlier & E. MacArthur Aquitaine Innovations 21j 05h 25' 8,64
7.    J. Hall & A. Thomson Gartmore 23j 01h 37' 7,95
AB : H. Laurent & L. Ethevenard JPG - Defi 14 PME    
AB : G. Broggi & B. Laurent Fila    
AB : X. Lecoeur & C. Gasperin Geb    
Monocoques Classe 2        
1. E. Richards & M. Merron Pindar 25j 07h 54' 5,81
2. F. Fineschi & M. Fineschi Spirit of Race 27j 06h 00' 5,4
Multicoques        
1. L. Peyron & F. Proffit Fujicolor 15j 02h 08' 14,81
2. F. Cammas & S. Ravussin Groupama 15j 17h 07' 14,23
3. Y. Bourgnon & L. Bourgnon Foncia 15j 19h 26' 14,14
4. L. Roucayrol & J. Caraes Banque Populaire 17j 21h 16' 12,49
AB : A. Gautier & M. Desjoyeaux Brocéliande    
AB : M. Guillemot & JL. Nélias Biscuits La Trinitaine    
AB : P. Vatine + & J. Maurel Groupe André    
AB : H. Cléris & Ronan Delacou Envergure (C2)    

 

Retour en haut de la page

1997 - Un départ corsé ! 18 bateaux sur un plateau

La Jacques Vabre, avec sa répétition tous les deux ans, martèle sa vocation à devenir un passage incontournable de la course océanique : cette troisième édition le confirme en 1997 avec dix-huit bateaux au départ, une grosse dépression au milieu de l'Atlantique et seulement deux semaines pour atteindre Cartagena... Yves Parlier réalise le doublé avec Eric Tabarly comme équipier sur son monocoque alors que les frères Bourgnon dominent largement la flotte des multicoques.

Au départ de la 3ème édition, la Transat Jacques Vabre est déjà un événement incontournable. Une fois de plus, les meilleurs skippers du moment s'élancent du Havre pour rejoindre Cartagena. 4 419 milles à parcourir pour les monocoques, 4 887 milles pour les multicoques et trois marques de passages à respecter pour ces derniers : La Barbade et la Martinique à tribord avant de franchir le point de passage commun aux deux catégories : le Pain de Sucre à Saint-Barthélémy. Après un départ très musclé, les 36 marins ont été tout de suite plongés dans le vif du sujet. La traversée ultra rapide se termine par la victoire du monocoque Aquitaine Innovations mené par Yves Parlier et Eric Tabarly et du multicoque Primagaz skippé par Laurent et Yvan Bourgnon qui améliore de 6h 37mn le temps mis en 1995 par Paul Vatine et Roland Jourdain. Nouveau temps de référence : 14 jours 7 h 37 mn et 48 s.

Classements

Classements     Skippers      Bateaux     Temps de course  
Monocoques        
1.  Y. Parlier & E. Tabarly Aquitaine Innovations 19j 23h 19' 9,18
2.  M. Thiercelin & D. Wavre Somewhere 21j 02h 49' 8,68
3.  J. Maurel & F. Dahirel Saupiquet 22j 07h 40' 8,22
4.  N. Fa & A . Bargues Budapest 23j 07h 12' 7,87
5.  P. Goss & R. Dinelli BMW Performances 24j 09h 41' 7,52
AB : E. Dumont & E. Denamiel Café Legal    
AB : P. de Radigues & B. Gallay Catalogue Afibel    
AB : J. Hall & B. Hooke Gartmore Investisment    
AB : PY. Guennec & B. Samuel Tremblay en France    
AB : N. Vaughan & Arnet Taylor Albright Star ( C2)    
Multicoques        
1. L. Bourgnon & Y. Bourgnon Primagaz 14j 07h 37' 14,21
2. P. Vatine & JL. Nélias Chauss'Europ 15j 10h 11' 13,11
3. L. Peyron & F. Proffit Fujicolor 15j 16h 45' 12,88
4. F. Joyon & R. Jourdain Banque Populaire 16j 01h 08' 12,6
AB : M. Guillemot & S. Gavignet Biscuits La Trinitaine    
AB : FR. Carluer & P. Tabarly Laiterie de Saint-Malo    
         
H. Cléris & Ronan Delacou Climat de France 29j 17h 15' 6,17
AB : P. Quintin & R. Sohier Rendez-vous Nature    

 

Retour en haut de la page

Edition 1995 - Un nouveau concept :
La Transat Jacques Vabre se courra en double !

Café double

Mais le format solo n'est pas totalement convaincant entre Route du Rhum et transat anglaise, et les courses en double qui ont fait les grands jours des transats des années 80, n'ont plus cours. Gérard Petipas et Pen Duick relancent alors ce type d'épreuve avec la complicité des cafés Jacques Vabre : 1995 sera l'année double avec onze partants et une nouvelle victoire de Paul Vatine épaulé par Roland Jourdain en multicoque tandis que Jean Maurel et Fred Dahirel s'imposent en monocoque.

Après le succès de la première course transatlantique organisée entre Le Havre et Cartagena, les trois partenaires de l'épreuve : Jacques Vabre, la Ville du Havre et la Federacion Nacional de Cafeteros de Colombia ont souhaité donner un caractère unique à cette épreuve. Sur la recommandation de la société Pen Duick qui sera en charge de l'organisation, la Transat Jacques Vabre sera la plus longue des courses transatlantiques et se disputera en double. Pendant la semaine qui a précédé le départ, des dizaines de milliers de Havrais se sont enthousiasmés pour cette aventure.

Après une semaine de fêtes marquées par les animations colombiennes, les onze bateaux, six monocoques et cinq multicoques, sont partis par un temps estival, ciel bleu, brise d'Est de 7 à 8 noeuds et une mer plate. Le Havre, pour saluer le départ de cette flotte, s'était paré des couleurs de l'été indien. Le 29 octobre, Paul Vatine remporte cette course pour la deuxième fois consécutive avec Roland Jourdain. Leur trimaran coupe la ligne d'arrivée à Cartagena en vainqueur à 3h25, heure française. La traversée entre le Havre et Cartagena (4 887 milles) a été effectuée en 14 jours 12 heures et 25 mn, à 13,95 noeuds de moyenne. Banque Populaire, le trimaran skippé par Francis Joyon et Jack Vincent termine 36 minutes plus tard, Primagaz finit troisième.

Côte d'Or

Le 5 novembre, Côte d'Or, mené par Jean Maurel et Fred Dahirel, remporte à 23h10, heure française, la catégorie des monocoques après 21 jours 8 heures et 40 minutes de course. Ils ont parcouru les 4419 milles à 8,60 noeuds de moyenne.

Classements

Classements Skippers      Bateaux     Temps de course
Monocoques      
1. J.Maurel & F.Dahirel Côtes d'Or 21j 08h 40'
2. J.Y Hasselin & H. Besson PRB Vendée 22j 12h 05'
3. P. de Radigues é Y. Le Cornec La Novia 22j 23h 47'
AB : E. Dumont & G. Campan Casino d'Etretat (Démâtage)  
AB : J.L Collet & Y. Costollec Claude Philippe Création  
Multicoques      
1. P.Vatine & Roland Jourdain Région Haute Normandie 14j 12h 25'
2. F. Joyon & J. Vincent Banque Populaire 14j 13h 01'
3. L. Bourgnon & C. Lewis Primagaz 14j 16h 12'
4. J.L. Miquel & L. Roucayrol La Teste de Buch 19j 20h 17'
AB : M. Guillemot & G. Chapelain Groupe Larzul  
AB : L. Peyron & F. Proffit Fujicolor II (Démâtage)  

 

Retour en haut de la page

Edition 1993 - Le Havre-Cartagena :
Naissance d'une grande course au goût café !

Arôme épicé

Alors Le Havre, port caféier par excellence depuis le 19ème siècle, débarquant les grains d'Amérique du Sud, d'Afrique, des Antilles, se transforme en port de départ pour la première transat aux saveurs café : 1993 voit la naissance de cette nouvelle épreuve océanique réservée aux solitaires devant rallier Cartagena en Colombie. Treize skippers s'élancent par un temps gris et frais : Paul Vatine en multicoque et Yves Parlier en monocoque seront les premiers à inscrire leurs noms au palmarès de cette nouvelle transat en solitaire.

Jacques Vabre retrace le sillage maritime du café entre le Havre et Cartagena. Le 31 octobre 1993, 13 voiliers, dont 8 monocoques et 5 multicoques, prennent le départ de cette nouvelle transat.

Ils sont treize au départ de cette nouvelle course. Treize sur un nouveau parcours qui reprend l'histoire de la grande route maritime du café entre l'Amérique latine et l'Europe. Cette première édition se court en solitaire. Les skippers quittent le port du Havre par un temps gris et froid. En multicoque, après un départ difficile, Paul Vatine et Laurent Bourgnon entament un duel extraordinaire dans des alizés très virulents.

Le Normand remporte en 16 jours et 46 minutes sa première grande victoire en franchissant pourtant la ligne 1 heure 17 minutes après Laurent. Explication : "Paulo", victime au départ d'un choc avec un zodiac d'assistance, bénéficiera de 9 heures 10 minutes de bonification. En monocoque, " l'extra-terrestre" Yves Parlier négocie à merveille l'anticyclone des Açores. Il se joue des hautes pressions par le Sud et sème définitivement ses adversaires. En 18 jours 23 heures et 38 minutes, il remporte la première transatlantique à rallier Le Havre à Cartagena avec un peu plus de 30 heures d'avance sur Alain Gautier.

Autre fait marquant de cette transat : le chavirage de la navigatrice Marie Sergent.

Classements

Classements Skippers  Bateaux  Temps de course
Monocoques      
1.    Yves Parlier Cacolac d'Aquitaine 18j 23h 38'
2.    Alain Gautier Bagages Supérior 20j 05h 51'
3.    Loïck Peyron Fujicolor III 20j 20h 45'
4.    JL. Ven Den Heede Citadines 21j 11h 13'
5.    Mich Birch B. La Triniraine 22j 19h 41'
6.    Gerry Roufs Groupe LG 23J 01h 39'
AB : Vincent Riou Maître Coq  
Multicoques      
1. Paul Vatine Haute Normandie 16j 00h 46'
2. Laurent Bourgnon Primagaz 16j 08h 39'
3. Francis Joyon Banque Populaire 17j 01h 26'
4. Hervé Laurent Buchy Vacances 18j 23h 05'
5. Eric Dumont Casino d'Etretat 23j 03h 38'

 

Retour en haut de la page